CLIPPER RACE 6: Vivre sur le bord

Neptune est arrivé comme promis le 1er février. En traversant l'équateur vers 21h00 heure locale le 31/1/20 (11h00 au Royaume-Uni), ce n'était pas le moment pour le procès des Pollywogs. Ainsi, lors d'un changement de quart par vent léger, les Pollywogs se sont rassemblés devant Neptune et la cour de ses fidèles coquillages. Alors que de nombreuses belles offrandes ont été faites dans la danse interprétative, les poèmes, les limericks et les récitations, les coupables ont été dûment punis, absous de leurs crimes odieux contre la mer (y compris le pipi dedans !) Et Shellbacks oints.

Actuellement, nous vivons à la limite ; non pas un lien vers Aerosmith ni vers U2. A chaque saute de vent notre plan de voilure est revu. Windseeker hisse et descend en quelques minutes seulement car le temps est davantage gouverné par les nuages qui passent que par la basse pression au nord-ouest. Cela ne veut pas dire que la basse pression ne perturbe pas terriblement la course. Les alizés réguliers du nord-est sont remplacés par des vents d'ouest.

Nous suivons quotidiennement d'autres bateaux, en essayant de les garder derrière nous, en changeant de place de temps en temps à mesure que nous recherchons le meilleur vent et la meilleure tactique. Au moment où je tape, c'est nip and tuck avec Qingdao. Sans aucun doute excitant sur le Race Viewer mais encore plus au bord du siège pour nous. Essayer de rendre chaque changement aussi lisse que possible. Notre Spinnaker Code 3 est en place, en partie pour évaluer certains ajustements récents suite à la réparation d'Airlie Beach, en partie pour nous remettre tous dans le rythme du pilotage de notre cerf-volant, jour et nuit. Regarder le guindant la nuit est un défi, au bord de l'obscurité.

Nous allons bien et si nous pouvons aller un peu plus au Nord dans notre route, nous dépasserons la partie Sud Ouest de la flotte qui semble prise dans un petit trou de vent ou une accalmie. Croisons les doigts pour nous. Deux semaines et à peu près à mi-chemin. Avec les alizés, la deuxième mi-temps sera, espérons-le, plus rapide ou ce sera une escale très courte, où qu'elle soit.

Les nuits sont actuellement très particulières avec la Croix du Sud à l'endroit, et la Charrue montante au Nord, on aperçoit les deux pôles célestes. Quelques coéquipiers ont eu leur curiosité piquée et lèveront les yeux un peu plus souvent la nuit en rentrant chez eux.

Sur une note personnelle, aujourd'hui a été formidable, malgré une absence totale d'oiseaux la semaine dernière, ce qui nous a tous surpris ; un oiseau tropique à queue blanche est venu et a volé autour de notre tête de mât et est revenu quelques heures plus tard pour un rappel pour l'autre quart ou a envoyé un ami. J'ai un set complet ! Peut-être un peu plus de variété alors que nous nous dirigeons vers l'ouest. Tout ce qui apparaît n'est pas une pensée d'oiseau. Nous avons fait arriver un magnifique papillon, qui semblait beaucoup m'aimer. Chaque jour est différent, et nous profitons tous de chacun au fur et à mesure plutôt que de compter jusqu'à l'arrivée, c'est une aventure terriblement grande.