CLIPPER RACE BLOG 1: Reef Beginnings par l'ambassadeur de Marlow, Simon Du Bois

Alors c'est parti ! La course a commencé. Après avoir glissé les lignes de Marlow à Liverpool il y a 7 jours, nous avons remonté la flotte, bord après bord, sur la rivière et essayons depuis de suivre le rythme rapide établi par les vétérans de la course océanique. Le temps a été haut et bas avec beaucoup de périodes de vent léger et Les cordes de Marlow ont prévu d'être résistant mais aussi plus léger que les éditions précédentes ce qui a beaucoup aidé.

J'ai finalement pu monter au mât hier pour une vérification du gréement. Étais-je nerveux? Peut-être un peu, car ces Clipper 70 ont des mâts assez hauts. Mais attaché à ma drisse Marlow, je montais et descendais comme un singe pour m'assurer que le mât, les drisses, les voiles, l'électronique étaient en bon état.

Après quelques heures de course libre, je me rends compte que c'était exactement ce dont nous avions besoin pour prendre du recul et nous mettre en mode apprentissage alors que tout le monde se réunissait pour vraiment essayer de comprendre SeaSea (CV26 Visit Seattle, le nom affectueux). Tirez là, broyez ici, relâchez de l'autre côté… non, ça ne marche pas, broyez de l'autre côté, inversez ces lignes, avancez ceci, relâchez ici… + 0,2 nœud ! EN EXTASE! LA VICTOIRE! Non, vraiment, tout ça marche pour 0,2 nœuds ? Oui, lorsque vous faites une course de 40 000 nm, la différence entre la première place et la 4e place se résume à la somme de tous ces pourcentages d'un nœud.

Nous ne savions pas que le prochain réveil apporterait le pire temps que nous ayons vu jusqu'à présent. Bang, crick, crack, boum ! Je me suis réveillé au son du bateau qui claquait de haut en bas (et même de côté). Je me suis réveillé au son d'un coéquipier volant se faisant projeter par la porte de la tête et atterrissant sur ses fesses de l'autre côté de la cuisine. AIE! Celui-là va laisser une trace.

Will et moi nous sommes levés sans savoir si c'était l'heure du changement de quart parce que nous sentions que de l'aide était nécessaire sur le pont. Une fois sur le pont, nous avons retrouvé nos coéquipiers assez exaspérés, fatigués avec un regard qui voulait tout dire : « Sortez-nous d'ici, on veut aller se coucher. Après de longues discussions sur le plan de voilure ("on prend un ris, on change le Yankee, on va bien ?"), les coups se sont poursuivis jusqu'à ce que l'ancien quart soit affecté à leur couchette. En combattant l'élément en essayant de maintenir le plus de vitesse possible, nous savions que nous allions faire un sacré tour.

Après quelques wipe outs et face wash à cause des vagues, l'appel que tout le monde semblait avoir attendu (et redouté) est venu : « Préparez-vous à prendre un ris », a déclaré Skipper Nikki. Je ne vais pas mentir, ça allait être un peu acrobatique. Mais c'est à ce moment-là que j'ai réalisé à quel point notre montre fonctionnait mieux lorsqu'elle était occupée et lorsque le niveau d'intensité était élevé. On dirait que nous sommes soit chauds pour y aller, soit pas concentrés. Quelque chose sur lequel nous devrons travailler pour améliorer la cohérence à l'avenir.

Récif 1 pris, nous continuons à déferler sur les vagues et maintenant la pluie se joint à la fête. Avez-vous déjà pris votre douche ? Mère Nature a dû penser que nous étions un groupe malodorant parce que nous avons probablement eu plus de 20 averses sur cette montre. Il est temps de poser ce Yankee 1 surpuissant. Casque et genouillères, je savais que ce serait la vie à l'extrême.

Ce sont définitivement les 20 minutes les plus longues de notre course jusqu'à présent. Tout le quart était sur le pont avant pour combattre les éléments et tirer cette grande voile. Vague après vague, nous tirions cette voile petit à petit. A fini par casser deux clous sur cette manœuvre.

Le reste de la montre était un jeu d'enfant. NE PAS! Trois autres évolutions avant de voir la lumière au bout du tunnel. Un peu de soleil sortant des nuages. La nouvelle montre est arrivée sur le pont avec de la nourriture désespérément nécessaire qui semblait un peu salée. Mais ce n'est peut-être que l'eau de mer restante qui coule sur nos visages.

Et devine quoi? Sanya Serenity Coast était de retour dans notre champ de vision.