CLIPPER RACE BLOG 10: 'L'une des meilleures expériences que j'ai eues depuis Liverpool' par Simon Du Bois

Voile champagne, temps orageux, trous de vent, match racing ; nommez-le, cette étape et cette troisième étape de l'étape 4 ont tout pour plaire.

Une chose que je retiendrai toujours de cette étape, c'est ma première prise de barre. Après m'être continuellement amélioré à la barre depuis Race Start, je me sentais prêt. Après avoir vu d'autres bateaux confier la barre aux équipiers et faire en sorte que leur skipper se concentre sur la stratégie et le stand, j'ai suggéré l'idée à Nikki. Après avoir hésité, elle a fini par me mettre à la barre au départ à ma grande surprise et je dois dire que c'était une de mes meilleures expériences depuis Liverpool. Non seulement parce que nous avons réussi le départ et fini en 1ère position après quelques virements de bord, mais aussi parce que cela m'a donné une perspective différente sur les départs de course, une toute nouvelle façon de voir les choses. Je crois que le reste de l'équipage et Nikki ont également apprécié parce qu'elle pouvait soutenir et superviser davantage les gars dans la fosse. Sur la base de nombreux commentaires concernant notre départ de course sur les réseaux sociaux, ce sera, espérons-le, une expérience à répéter.

Les conditions météo pour le départ étaient absolument parfaites et ont offert à la flotte une expérience de navigation vraiment exaltante. Bien que nous ayons perdu de nombreuses positions par la suite, Nikki a sorti un autre tour fantastique de son chapeau pour positionner le bateau à la 1ère place après avoir passé le cap Raoul. Nous avons littéralement repris 80% de la flotte sur les deux derniers bords. Nous ne pouvions qu'imaginer le désespoir et la frustration des autres bateaux - comment font-ils, comment finissent-ils toujours en tête.

Mais comme si c'était trop beau pour être vrai, quand la nuit est venue, les conditions météorologiques sont devenues vraiment difficiles avec plus de 20 nœuds de vent dans le nez. Les gens ont commencé à avoir le mal de mer et près de 40% de notre équipage n'étaient plus en mesure de faire fonctionner le bateau.

Wendy et Côte de la sérénité de Sanya a fait le bon appel au bon moment et s'est éloigné très rapidement. Cette équipe semble vraiment ne pas s'y tromper. De notre côté, nous avons encore une fois trop attendu pour réduire les voiles et avons fini par gaspiller de l'énergie dans des conditions très difficiles. Je commence à comprendre que nous répétions souvent cette erreur. C'est peut-être parce que l'équipe compte beaucoup sur moi dans ces conditions et que je suis toujours en tête dans ces manœuvres. Ce n'est pas facile, on se fait souvent tabasser là-haut.

Après avoir perdu de nombreuses positions au profit de la flotte, nous avons commencé à remonter au classement pour nous retrouver à nous battre pour des points à la porte des scores (Logistique PSP avait décidé de rester au large et de ne pas franchir la porte). Ce fut une bataille amusante mais exténuante avec Liverpool 2018, Garmin et Qingdao. Quand tout d'un coup, nous nous sommes retrouvés coincés dans des trous de vent à moins de 20 nm de la porte. Tout bon changement en quelques heures. Mais nous avons tenu bon et avons réussi à prendre 2 points après avoir suivi Côte de la sérénité de Sanya à travers la porte. Qingdao pris la 3e place.

Les deux derniers jours n'ont pas été des plus reposants avec des conditions très variables nécessitant de nombreux changements de voiles. Heureusement, les gens qui avaient le mal de mer allaient mieux et pouvaient unir leurs forces. Mais toute cette intensité a fini par nous rattraper. Au fur et à mesure que l'équipage se fatiguait, des tensions sont apparues et se sont transformées en conflits et en disputes. Situation que nous essayons toujours de résoudre en nous parlant après avoir pris une pause. Le plus souvent, les conflits à bord sont dus à une mauvaise communication, au ton de la voix, au niveau d'engagement et à l'ego. Rien d'étonnant lorsque vous mettez 24 étrangers de toutes sortes de professions et d'expériences dans un environnement de proximité aussi extrême et aussi intense que la Clipper Race.

Malgré tout, nous devenons vraiment de meilleurs marins. Je constate une amélioration significative de notre exécution par rapport aux autres étapes et nous espérons continuer avec les nouvelles astuces que nous trouvons.

Nous chassons maintenant Côte de la sérénité de Sanya et se battre pour le podium et les deux prochains jours semblent être à peu près aussi variables qu'ils l'ont été jusqu'à présent. Nous recherchons définitivement le repos plus long de notre prochaine escale… si seulement nous y arrivons à l'heure sans trous de vent.

A bientôt

Simon

L'ÉTAPE AUSTRALIENNE NE DÉÇOIT PAS

Des conditions de rêves, des conditions de presque temp√™te, des duels endiabl√©s, des trous de vent, nommez les, cette √©tape et cette troisi√®me course les comprends. Une expérience de voile absolue.

Je me souviendrai toujours de mon premier départ de la barre. Apr√®s avoir observé√©, discut√© et mis une tonne d'effort pour devenir un meilleur barreur et mieux maitriser mon Clipper 70, je sentais que j'√©tais pr√™t. J'avais remarqué que certaines √©quipes avaient essayé√© des √©quipiers √† la barre ce qui laissait le skipper focusser sur la strat√©gie, le positionnement et les op√©rations dans le cockpit. J'ai donc proposé√© l'id√©e √† Nikki qui apr√®s un refus, ad√©cid√© √† quelques minutes du d√©part de me confi√© la barre. Je l'avoue c'est l'un des faits saillants de ma course depuis le départ de Liverpool en ao√ªt dernier. De plus, on a vraiment connu un départ canon, nous √©tions deuxi√®me sur la ligne et premier après√®s quelques tacks. G√©n√©ralement, j'√©tais mut√© √† l'avant du bateau pour faire la vigie au devant du bateau et surveiller l'ajustement des voiles. Cette nouvelle expérience m'a offert une nouvelle perspective sur les départs. Une expérience √† r√©p√©t

euh :

ABSOLUMENT !

Je crois que ce fonctionnement a √©t√© appr√©ci√© par Nikki et le reste de l'√©quipe puisqu'il a permis √† Nikki d'avoir une meilleure vue d'ensemble sur les manoeuvres et sur la stratégie. Peut √™tre que les commentaires tr√®s positifs de nos d√©parts sur les r√©seaux sociaux supporteront ma candidature √† nouveau ;-).

Les conditions m√©t√©o pour ce d√©part √©taient absolument parfaites et ont offert √† la flotte une superbe journ√©e et exp√©rience de voile. Malgr√© le fait que nous ayons perdu quelques positions quelques heures apr√®s le d√©part, Nikki a une fois de plus sortie un lapin de son chapeau et nous √©tions de retour √† l'avant de la flotte au tournant du Cap Raoul au sud de la Tasmanie. Nous avons littéralement repris 80% de la flotte. Nous ne pouvions qu'imaginer le désespoir et la frustration qui pouvaient habiter nos concurrents :

Comme si c'était trop beau pour √™tre vrai, lorsque la nuit est arrivée, les conditions ont changé drastiquement et nous nous sommes retrouv√©s avec plus de 20 knts sur le nez. Nous avons alors "perdu" 40% de l'√©quipage pour cause de mal de mer.

Sanya a encore une fois assuré√© et s'esr forgé√© une bellr avance rapidement. L'√©quipe semble faire rarement des erreurs. De notre c√¥t√©, nous avons encore une fois attendu trop longtemps pour diminuer la voilure et avons d√©pens√© beaucoup d'√©nergie dans des conditions tr√®s difficiles. Ce genre d'erreur commence √† m'√©nerver sans doute pcq je suis √† l'avant poste des changements de voile et j'ai l'impression de gaspiller pas mal d'√©nergie. Mais j'ai surtout peur que qurlqu'un se fasse mal.

Après avoir perdu plusieurs postes, nous sommes revenus sur les leaders et avons réussi à aller chercher 2 pts bonus à la scoring gate. Ce fût toute une bataille avec Loverpool, Garmin et Qingdao et tout un failli basculer lorsqu'à 20nm de la gate nous nous sommes retrouvés à court de vent pour quelques heures.

Les jours suivants ont offert des conditions plutôt variables et la compétition féroce et la fatigue a finalement eu raison de nous. La tension est montée lors d'un quart et les changements sont devenus moins cordiaux. Le genre de situation qu'on r√©sou avec une bonne discussion de groupe lorsque la poussi√®re redescend. La plupart des conflits que nous avons eu jusqu'√† présentaient un manque de communication, d'un mauvais ton de voix, de l'√©go de certains ou du niveau d'engagement. Rien de trop surprenant quand tu mets 24 √©trangers ensemble avec des background complètement diff√©rent dans un environnement de proximité√© avec autant d'intensité√© et aussi extr√™me que la Clipper.

Malgré tout, nous nous continuons les progrès et je note une nette amélioration sur l'exécution des manoeuvres avec les autres étapes.

Nous amorçons le sprint de 240nm en superbe position en duel serré avec Liverpool et Qingdao.

A bientôt

Simon