Marie & project Mini

Marlow rencontre Marie Gendron et Projet Le Mini

Marlow Ropes est ravi de travailler avec Marie Gendron sur son projet : Le Mini 930 qui voit Marie, à 18 ans, construire son propre bateau, une Mini Transat et se préparer à traverser l'Atlantique en solitaire en 2019. Marie utilise Corde DM20 de Marlow pour gréer Le Mini et fournira des informations pour une étude de cas sur l'utilisation du produit de corde à cette fin. Devant  Le Grand Pavois, La Rochelle où Marlow exposera, le skipper de Marie gréera le mât du Mini le 29 septembre. Nous avons réussi à prendre du temps avec Marie pendant son emploi du temps chargé pour lui poser quelques questions sur le projet :

QUAND AVEZ-VOUS COMMENCÉ LE PROJET MINI & COMMENT S'EST PASSÉ LE PARCOURS ?

Le Mini Project a été un rêve d'enfant et une passion. C'est un rêve qui s'est concrétisé, évoluant avec le temps. A la base, je voulais juste construire mon bateau. A 18 ans, pendant mes études j'ai trouvé l'opportunité lorsque nos professeurs nous ont demandé d'élaborer un projet qui sera noté en fin d'année. Plusieurs projets ont été présentés par les professeurs mais aucun ne m'a plu, j'ai donc proposé le mien et celui-ci a été accepté puisque ma formation sur les matériaux composites avait un lien avec ce projet. En deux semaines, j'ai trouvé un moule pour la coque, des plans d'architecture (et pas n'importe lesquels – ceux de William Verdier) et quelques finances personnelles pour lancer la construction. Je savais très bien que cette catégorie de voilier que je commençais à construire faisait partie d'une catégorie où l'on pouvait faire des courses et même faire une transatlantique, mais à l'époque, construire mon propre bateau était plus important pour moi. A 18 ans, je traitais avec des sponsors, gérais une équipe (surtout des garçons), parlais aux associations et construisais le bateau. En seulement un an, j'ai eu l'impression d'avoir grandi encore trois ans !

Au fil du temps j'ai eu du mal à financer le projet et mes études d'ingénieur ont compliqué les travaux pour faire avancer la construction. J'ai également pu apprendre de nombreuses autres méthodes et matériaux dans mon domaine des matériaux techniques composites. Je me suis dit que j'aimerais réduire l'impact environnemental du bateau en y intégrant de nouvelles technologies comme le recyclage des fibres de carbone. Nous devions donc fabriquer (avec un laboratoire de recherche) des parties du voilier à partir de fibre de carbone recyclée. C'est un véritable travail de recherche autour de l'économie circulaire que j'ai le plaisir aujourd'hui de promouvoir.

Suite à la construction en 2015, j'ai beaucoup navigué dans des compétitions dont J80, Multi50, Figaro, Mini 650. Tout m'a permis d'obtenir le statut de sportif de haut niveau.

Une fois mes études terminées et mon diplôme acquis j'ai pu concentrer 100% sur le projet et sa communication à un public plus large. Je pouvais aussi prendre une assurance car j'avais 24 ans et je n'ai jamais abandonné ma construction. Ma persévérance et ma volonté d'évoluer dans le monde de la voile m'ont ouvert des portes et aujourd'hui je peux me targuer d'être sur la ligne de départ transatlantique en 2019 après un long parcours tout au long de ce Projet.

QUEL SOUTIEN AVEZ-VOUS EU ?

J'ai des aides de toutes sortes. Le premier était de mes amis et de ma famille qui ont participé à la campagne de financement participatif que j'ai menée. Puis lors d'une rencontre fortuite, grâce au covoiturage, j'ai pu trouver mon premier plus gros partenaire financier. Cela a été suivi par le soutien de la ville dans lequel j'ai tiré mes premiers bords. Et enfin, en parallèle, j'ai obtenu des aides techniques auprès de fabricants et de fournisseurs de premier plan tels que le gréement textile, l'accastillage, l'électronique et l'équipement marin.

COMMENT LES CORDES MARLOW VOUS SONT-ELLES SOUTENUES ?

Marlow me soutient techniquement - son expertise dans les matières textiles me permet de rendre rigide mon gréement 100% car c'est un point très important quand on est au milieu de l'Atlantique, le gréement est notre moteur et il ne saurait rester bloqué au milieu de l'Atlantique sans mât. Grâce à leurs connaissances dans l'industrie, Marlow a pu me mettre en contact avec des professionnels pour m'aider avec mon gréement.

QU'EST-CE QUE VOUS AIMEZ DANS LES PRODUITS MARLOW'S ?

Qualité et diversité des produits. Je cherchais un matériau très particulier, capable de résister à un environnement difficile tel que l'humidité, le sel, le soleil, le frottement des voiles, les chocs et la capacité de traction.  Le DM20 correspond exactement à mon cahier des charges. De même pour tout le reste du gréement actuel, comme les écoutes et les drisses, j'avais suffisamment de choix de qualité pour faire du bateau une vraie machine de compétition.

QUELS SONT VOS ESPOIRS ET VOS RÊVES POUR LE PROJET ?

Je n'ai pas forcément envie d'être le premier à chaque course, même si c'est bien sûr très amusant, mais j'espère pouvoir faire toutes les régates qualificatives pour la mini transatlantique avec mon propre voilier. La route est encore longue avant d'arriver sur cette ligne de départ en 2019. Cela demandera beaucoup de préparation physique, mentale, stratégique, de sécurité, ainsi que suffisamment de financements pour toutes les futures inscriptions.

Mais vraiment, pour ce projet je souhaite juste faire passer un message d'économie circulaire pour ces belles technologies, ainsi qu'un message aux femmes de persévérer dans leurs rêves et surtout d'amener ce bateau de l'autre côté de l'Atlantique après tout ce qu'il a m'a appris à terre.

QUELS SONT VOS PLANS POUR L'AVENIR?

Ce projet était si tôt dans ma vie qu'il a donné le ton pour l'avenir. J'aimerais continuer à construire, si mes partenaires me suivent, avec encore plus d'idées technologiques autour de l'économie circulaire et de l'écologie tout en étant performant. J'aimerais aussi développer mes idées sur les foils et les systèmes d'ailes rigides.

Pour en savoir plus sur Marie et son projet fascinant, cliquez ici.